Appareil reflex argentique Minolta XG-M

Test du Minolta XG-M



Le Minolta XG-M est un appareil reflex mono-objectif lancé par la marque japonaise au début des années 1980. Fonctionnant aussi bien en mode semi-automatique qu’en mode manuel, il pouvait convenir à un large public. Aujourd’hui encore, ses qualités en font un appareil pertinent pour qui souhaite se frotter à la photo argentique.

Design

Le XG-M était, au moment de sa sortie, le fer de lance d’une nouvelle génération d’appareils reflex chez Minolta. Pour la création de ce modèle, l’ergonomie des boîtiers précédents a été en grande partie revue, avec les accès à certains contrôles repositionnés sur la surface du boîtier. Le corps du XG-M a servi de base standard pour de nombreux reflex Minolta qui ont suivi.

Les principales commandes sont réparties sur le dessus du boitier.
Sur la droite sont positionnés notamment le commutateur on/off, le déclencheur, le levier d’armement, la molette de sélection des vitesses. Des commandes clefs, toutes accessibles facilement avec les doigts de la main droite.
Sur la gauche, une molette permet de régler la sensibilité et la correction d’exposition.

Les fonctions plus avancées (le bouton de test de la profondeur de champ, le retardateur…) ainsi que d’autres éléments (la prise pour fixer le déclencheur souple) sont quant à eux disposés en façade.

Sous l’appareil, se retrouvent classiquement la trappe de logement des piles, et le pas de vis pour une fixation sur trépied.

De nombreux autres modèles d’appareils reflex appartenant à la même génération (comme le célèbre Canon AE-1), existaient dans deux versions : noire et chromée. Le Minolta XG-M n’était, quant à lui, disponible que dans une seule version, chromée.

Après un court temps d'apprentissage, le Minolta XG-M se révèle très plaisant à utiliser. Ici, une photo faite avec du film Ilford Delta 100.

Après un court temps d’apprentissage, le Minolta XG-M se révèle très plaisant à utiliser. Ici, une photo faite avec du film Ilford Delta 100.

Fonctionnement de base

Piles

Le Minolta XG-M fonctionne avec deux piles LR44 ou SR44, de 1,5V. Elle doivent être placées dans la chambre placée sous l’appareil. La cellule, tout comme le déclencheur, sont alimentés par ces piles. Aussi vous ne pourrez pas vous servir de l’appareil, sans batteries.
Un petit bouton carré placé près de la molette de vitesse permet, par pression, d’allumer une LED rouge et de vérifier ainsi la viabilité des piles.

Chargement du film

Pour charger une pellicule 135 dans votre appareil, vous devez tirer la manivelle de rembobinage vers le haut. Le dos s’ouvre pour vous laisser insérer le film sur la gauche. Enfoncez de nouveau la manivelle pour vous assurer que la pellicule est bloquée, stable. On tire sur l’amorce du film pour l’insérer dans une des fentes visibles tout à droite, on s’assure que le film est bien entraîné en tirant le levier d’armement et en déclenchant à blanc plusieurs fois. Sur le dessus, la molette de rembobinage doit tourner, assurant que le film bouge bien à l’intérieur du boîtier.

Régler la sensibilité du film

Après avoir chargé le film, le premier point dont vous devriez vous préoccuper est le réglage de la sensibilité. C’est à l’aide de la molette placée sur le boitier, tout à gauche, que vous pourrez retenir la sensibilité appropriée. Tirez la vers le haut et faites la tourner dans un sens ou l’autre pour choisir une valeur. Les valeurs s’échelonnent de 25 à 1600 iso.

Une photo prise avec une optique Rokkor MD 50 mm f/1.7. Film Kodak Tri-X 400.

Une photo prise avec une optique Rokkor MD 50 mm f/1.7. Film Kodak Tri-X 400.

Mise sous tension

Pour utiliser l’appareil, vous devez le mettre sous tension à l’aide du commutateur on/off présent sur le dessus du boîtier. Ça parait tout bête mais ce type d’interrupteur n’est pas si fréquent sur les appareils d’un certain âge. Sur beaucoup d’appareils anciens, la cellule est active dès que vous retirez les caches objectifs. Son positionnement est relativement étrange dans la mesure où il est caché en bonne partie par le levier d’armement.
Personnellement, j’ai une fâcheuse tendance à l’oublier, purement et simplement. Parfois, au moment où je presse le déclencheur, je me rends compte que l’appareil n’est pas allumé ! Régulièrement, je m’aperçois aussi que je n’ai pas pensé à éteindre l’appareil après usage.

Le Minolta XG-M peut fonctionner en mode semi-automatique, à priorité ouverture, ou bien en mode manuel complet (avec assistance de la cellule).

Mode semi automatique : Priorité Ouverture

Placez la molette de sélection des vitesses sur le A. Vous n’aurez aucun mal à le repérer, il est isolé du reste.
Sur l’objectif monté sur votre XG-M, tournez la bague d’ouverture des diaphragmes et choisissez la valeur de votre choix. Fort de sa cellule, l’appareil évaluera l’exposition et retiendra la vitesse qui lui semble convenir.

Mode Manuel

Le Minolta XGM peut vous laisser un contrôle total de l’exposition. Il suffit simplement de désengager la molette des vitesses du A. Cette position étant verrouillée, pour la quitter il faut presser le petit bouton carré évoqué précédemment, qui sert aussi à vérifier le niveau des batteries. Sélectionnez la valeur qui vous paraît la plus appropriée. Les valeurs vont d’une seconde au 1/1000ème de seconde. Vous pouvez aussi compter sur une pose B pour les expositions plus longues.

Sachez que la cellule de l’appareil vous indique toujours, par le biais du viseur, la valeur qu’elle retiendrait pour la vitesse de déclenchement. De cette façon, vous savez dans quelle mesure vous vous écartez de sa recommandation, de son calcul. La présence d’un voyant M rouge vous rappelle d’ailleurs que vous êtes en mode Manuel, la molette des vitesses n’étant pas réglée sur le A, et que c’est bien vous qui choisissez la vitesse d’obturation.

Visée

Le viseur est clair et spacieux. Une petite fenêtre placée dans le bas vous laisse apercevoir l’ouverture sélectionnée sur l’objectif. Lorsque vous pressez légèrement le déclencheur, des voyages lumineux s’allument sur la droite pour vous indiquer la vitesse recommandée par la cellule du boîtier, ou celle que vous avez retenue vous même.

Minolta XG-M et film Agfa Precisa. Traitement croisé.

Minolta XG-M et film Agfa Precisa. Traitement croisé.

Mise au point

La mise au point s’opère évidemment en tournant la bague des distances sur l’objectif. En regardant à travers le viseur, vous pouvez observer la scène qui gagne en netteté sur la totalité du cadre. Vous pouvez aussi vous focaliser sur la zone centrale. Celle-ci ci est composé d’un cercle entouré par une couronne de petits prismes au travers desquels l’image se compose lorsque vous faites le point. La partie la plus centrale est un disque traversé par une ligne horizontale qui brise le sujet en deux parties. Lorsque les deux parties coïncident, sans brisure de ligne, la mise au point est faite de façon précise sur le sujet présent au centre du cadre. Ajustez au besoin la composition avant de déclencher.

Une pression à mi-course sur le déclencheur active la cellule qui reportera dans le viseur les paramètres d’exposition en cours de sélection. Une pression à fond entraîne bien sûr l’obturation. Je l’assume à 100%, c’est parfaitement subjectif, mais sur le XGM, le bruit du déclenchement est particulièrement agréable à l’oreille. Je ne m’en lasse pas. J’avoue, il m’arrive quelquefois de l’extraire du tiroir où il est rangé pour déclencher un peu dans le vide. Et alors ? ça ne fait pas de moi un dangereux malade.

Fonctions avancées

Le Minolta XG-M embarque bien sûr son lot de fonctions avancées, au rang desquelles se trouvent notamment :

  • Un retardateur
  • Un test de profondeur de champ
  • Un bouton de test des batteries
  • Une fonction de correction d’exposition. Celle-ci est utile pour les cas où vous souhaitez vous écarter de l’exposition définie par la cellule et surexposer ou surexposer. Ce réglage rapide convient bien aux situations de contre jour, de paysage enneigé, etc.

Les objectifs

Le XG-M est compatible avec de nombreuses optiques Minolta : Rokkor MD, Rokkor MC ou Rokkor X notamment. A l’époque de sa sortie, la série d’optiques la plus moderne était celle des objectifs Rokkor MD. Les objectifs de cette famille se distinguaient des précédents par leur poids et leur compacité optimisés.
Pour qui cherche à se composer un ensemble d’optiques, le choix est vaste, et l’équipement demeure tout à fait abordable pour les optiques les plus standards.

Verdict

Le Minolta XG-M est un appareil suffisamment complet et facile à prendre en main, qui ne déroutera pas un photographe confirmé, ou tout du moins habitué à manipuler des appareils reflex. A ce titre, il constitue une excellente option pour les personnes en recherche d’un matériel argentique, reflex et optiques performants et s’inscrivant dans un budget modeste.

Avantages et inconvénients du Minolta XG-M

Avantages

  • Les différents modes d’utilisation
  • Appareil peu coûteux
  • Ce bruit du déclencheur…

Inconvénients

  • Le placement de l’interrupteur on/off n’est pas optimal
  • Ne fonctionne pas sans piles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.